Le jour où un mini-hélico belge a mis en boîte Harry Potter…

19/4/2011

Le jour où un mini-hélico belge a mis en boîte Harry Potter…

(19/04/2011)

Coup de projecteur sur ces entreprises technologiques belges dont l’aura dépasse nos fébriles frontières

BRUXELLES Nombreux ont eu vent, même léger, de l’incroyable réussite d’EVS, entreprise basée à Liège et née en 1994. Spécialisée dans l’enregistrement et le traitement de ralentis instantanés, les rediffusions d’images, le stockage et l’enrichissement de contenu télévisuel, elle est aujourd’hui devenue leader mondial (coté en bourse) de sa catégorie !

Nul besoin de se frotter les yeux : dans les cars-régie du monde entier, ce sont des circuits électroniques pensés par des Belges qui font loi. Mais la star noir-jaune-rouge de ce NAB 2011 était tout autre : I-Movix, société montoise spécialisée dans l’utra slow motion (entendez le super-ralenti, filmé, traité et restitué en temps quasi réel) a effectivement signé un contrat avec Fletcher, la société qui capte tous les événements sportifs des États-Unis, pour mieux les diffuser sur le network sportif ESPN.

Pourquoi cette petite entreprise belge où fourmillent nettement plus d’idées et de talent que de jambes (16 employés, tout au plus ?) “Tout simplement parce qu’ils sont les seuls à proposer un produit ready-to-use, adaptable à notre équipe de techniciens, et une technique de ralenti aussi développée.” Laurent Renard, CEO d’I-Movix, ne pouvait rêver meilleur moyen d’entrer dans un marché audiovisuel où le sport est capital. Pour cet ancien membre de la gendarmerie montée pendant 18 ans, c’est un booster extraordinaire. “J’ai toujours été passionné de programmation. Lorsqu’un ami m’a soumis une image qu’il ne parvenait pas à décompresser, j’ai eu l’idée de développer un système qui permettrait de compresser une image, en l’occurrence un ralenti, puis de la décompresser presque instantanément” . Et les y voilà.

Autre stand qui mérite l’attention : celui de Flying Cam. Une société qui a développé des mini-hélicoptères, de pas plus de 25 kg, qui permettent de filmer en vue aérienne, en HD et même en 3D. Les studios américains font très souvent appel à eux, et c’est l’un des engins développés par Flying Cam qui a filmé la scène de la voiture volante dans Harry Potter II, ou celle des poursuites de Pierce Brosnan et Tom Cruise dans 007 : Le Monde ne suffit pas ou Mission Impossible 2 . À la tête de la PME liégeoise ? Emmanuel Previnaire. Récompensé d’un… Oscar pour sa contribution au cinéma. Un Belge, rendez-vous compte !

Aujourd’hui, l’affaire roule tellement que Flying Cam, qui n’était jusqu’alors que prestataire de services, propose aussi de vendre ses hélicos. Gouvernements, Nasa, Entertainment, chercheurs scientifiques,… les intéressés sont légion.

Les Belges pourvus de talent, en matière de high-tech, itou.

 

http://www.dhnet.be/infos/societe/article/350699/le-jour-ou-un-mini-helico-belge-a-mis-en-boite-harry-potter.html

Category : !!! NEWS !!! Print

| Contact author |